Test

The Wonderful 101 Remastered : fun et exigeant (test)


Fiche jeu

The Wonderful 101 est un jeu de PlatinumGames, à qui l’on doit entre autres Bayonetta, Vanquish ou encore l’excellent Nier : Automata. Le titre est sorti de base sur Wii U mais n’a bénéficié que d’une visibilité limitée face au succès relatif de la console. Sept ans et un Kickstarter plus tard, voici le jeu en version Remastered sur Switch, avec une recette inchangée, des graphismes améliorés et un gameplay adapté aux consoles où le titre est porté. Le Mag Jeux High Tech y a touché, voici notre test.

The Wonderful 101 Remastered, le jeu dont vous êtes les héros

The Wonderful 101 Remastered est un beat them up où le joueur incarne un groupe de héros mené par un leader interchangeable. La Terre est envahie par la Fédération Geathjerk, des aliens robotisés aux intentions pas très nettes. Pour lutter contre eux, la Terre a rassemblé ses héros, les Wonderful Ones qui travaillent pour les CENTINELS, une organisation secrète créée par les Nations Unies.

Le joueur incarne, au début en tout cas, Will Wedgewood, aka Wonder-Red. Il sera vite rejoint dans la bataille par ses camarades Blue, Green, Pink, Yellow, White et Black. Et si vous savez compter un minimum, vous vous rendez compte que ça ne fait pas 101 héros. Les autres sont en fait des civils que vous allez sauver pendant vos aventures et qui vont se joindre à vous. Le but va être de traverser des niveaux afin d’éliminer les Geathtjerks et sauver vos compatriotes.

Pour ça, chaque Wonder de couleur peut prendre la forme d’une arme pour taper les ennemis. Red peut se transformer en poing, Blue en épée, Green en arme à feu, Pink en fouet, Yellow en marteau, White en griffe et Black en bombe. Et plus vous aurez de civils dans votre groupe, plus votre arme pourra être grande et occasionner des dégâts. Mais ça, c’est si vous arrivez à vous en servir…

Un gameplay exigeant

The Wonderful 101 Remastered bénéficie d’une direction artistique très mignonne avec des personnages presque en Super Deformed à la Viewtiful Joe, et beaucoup d’humour. On pourrait donc se croire, dans les premières minutes du jeu, dans un beat’em up classique et mignon où le fun l’emporte sur le reste. Jusqu’au moment où vous rencontrez votre premier mini-boss et que vous vous rappelez qu’il s’agit d’un jeu PlatinumGames.

Alors certes, nous ne sommes pas dans un Souls-like ou un Bloodborne, mais il va falloir s’accrocher à sa manette pour se sortir des affrontements même les plus simples. En effet, l’attaque frontale n’est pas la solution à tout et il va falloir jongler entre les esquives, les sauts, les charges, les protections et les différentes armes (et donc protagonistes) pour espérer vous en sortir. Les ennemis de base ne vous poseront pas de problème mais très vite vous ferez face à des robots plus gros dont il faudra trouver le point faible afin de l’exploiter si vous espérez vaincre.

Prenez trop de coups et les petits bonhommes qui composent votre équipe seront sonnés, ce qui diminuera l’impact de vos coups. Il va donc falloir sprinter sur le terrain pour les ranimer, reprendre des forces et retourner à l’assaut. Si vous perdez votre barre de vie, vous finissez en slip à la manière d’un Ghosts’n Goblins et vous n’avez plus qu’à recommencer toute la séquence. Et qui dit PlatinumGames dit jeu à scoring. Donc si la mort n’est pas pénalisante en soit (il n’y a pas de continue), la médaille que l’on vous attribuera en fin de section et la récompense en fin de niveau en pâtira. Les joueurs les plus exigeants voudront donc se donner à fond pour être à la hauteur des Wonderful 100. Le 101ème étant le joueur.

L’héritage de la Wii U

Si vous n’avez pas connu la Wii U, sachez qu’elle présentait les prémices de ce qu’allait être la Switch, avec un pad doté d’un écran tactile qui permettait, parfois, de jouer sans la télé. Dans la version de base de The Wonderful 101, il fallait tracer sur l’écran avec son doigt ou au stylet la forme des armes que l’on voulait faire apparaitre. Pour les versions Switch et PS4 de The Wonderful 101 Remastered, les développeurs ont dû s’adapter. Ainsi, si vous jouez en docké à la Switch, il faudra tracer à l’aide du joystick droit la forme que vous souhaitez, et ce n’est parfois pas très précis (heureusement le jeu est généreusement permissif à ce niveau-là). Sur PS4, le titre tire parti du pad tactile de la manette pour reprendre la fonctionnalité de la Wii U.

La transformation en arme ne concerne d’ailleurs pas que les combats. Sur le terrain, vous pourrez explorer parfois les environs à la recherche de trésors, de coffres et autres. Ceux-ci se déverrouillent en prenant une forme particulière. Vous pourrez trouver des ingrédients cosmiques afin de préparer, entre deux niveaux, des recettes de plats qui vous redonneront de la vie ou de la batterie. Celle-ci vous permet d’utiliser vos compétences spéciales et vos personnages. Vous gagnerez également des pièces qui vous permettront d’acheter des améliorations et de nouveaux combos à déclencher en combat. Mais seulement si vous obtenez un bon score, et ça ce n’est pas gagné… Du moins la première fois.

The Wonderful 101 Remastered : encore mieux la deuxième fois

Arriver au bout de The Wonderful 101 Remastered ne sera pas une mince affaire la première fois. Vous allez mourir, beaucoup, et accumuler les médailles en plastique. Vous n’aurez pas débloqué tous les combos et les améliorations. Mais vous aurez gagné en skills, et ça, ça vous servira dans votre seconde run. En effet, de l’avis de la rédaction, le jeu se savoure mieux lorsque vous le recommencez et que vous en maîtrisez les arts. Voyez votre première partie comme un tutoriel géant afin de prendre en main le jeu et comprendre ses mécanismes. Puis, une fois fini, revenez-y avec tout votre savoir faire et vous verrez que vous débloquerez plus de médailles d’or ou de platine.

Toutefois, le jeu n’est pas exempt de défauts. Ceux-ci ne sont pas inhérents à la version Remastered du titre et étaient déjà présents sur la version Wii U. Le plus embêtant d’entre eux étant le côté brouillon de l’action. En effet, lorsque votre groupe est constitué de 100 personnes et que de multiples robots apparaissent à l’écran, c’est le bazar. On ne sait pas trop où on en est et au final on martèle la touche d’attaque pour essayer de disperser tout le monde et y voir plus clair. Les niveaux en eux-mêmes regorgent de secrets et de caches à découvrir. Il n’y a malheureusement pas de carte pour se repérer et on y va un peu à l’aveugle.

Conclusion

Bref, The Wonderful 101 Remastered est un jeu mignon de loin mais exigeant de près. PlatinumGames a su faire un jeu dans la lignée de leurs précédents titres. Il vous faudra donc un minimum de persévérance pour l’apprécier. Il propose un challenge relever et se renouvelle constamment, surtout si vous montez le niveau de difficulté. Le titre est mignon, la DA est originale, les combats sont stratégiques et il y a même quelques phases avec des QTE qui cachent des scènes d’action hollywoodiennes. The Wonderful 101 Remastered est un titre que nous vous recommandons chaudement si vous aimez les défis. Et si vous n’avez pas peur de vous frotter à un titre qui demande plusieurs heures d’apprentissage pour être maîtrisé. Si c’est le cas, vous passez d’excellents moment sur ce jeu dont le succès de la campagne Kickstarter est tout à fait justifié.

Points positifs

  • Une direction artistique colorée et plaisante
  • Beaucoup d'humour
  • Un gameplay exigeant
  • Une grande rejouabilité

Points négatifs

  • Des combats un peu brouillon
  • Il faut s'accrocher pour apprécier
  • Le "dessin" aux sticks n'est pas très précis

Note

Graphismes 76%
Bande-son 73%
Prise en main 68%
Plaisir de jeu 79%
Durée de vie 84%
Conclusion

The Wonderful 101 Remastered est LE titre défouloir de la Switch si vous êtes en manque d’action. Il allie le fun et l’exigence comme seul PlatinumGames sait le faire. Alors certes l’action peut être (très) brouillon à l’écran, mais il y a un vrai sentiment d’accomplissement pour le joueur lorsqu’il arrive à avoir autre chose qu’une médaille en plastique. La courbe de progression est énorme et les joueurs les plus acharnés referont le jeu autant de fois qu’il faut pour décrocher les meilleurs scores de chaque tableau.

Car oui, malgré ses apparences enfantines The Wonderful 101 est un jeu à scoring avec des subtilités dans le gameplay qui peuvent échapper aux plus jeunes. Ne prenez pas ce titre pour un enfant qui sort tout juste de Yoshi Crafted World, sous peine de le dégoûter des jeux vidéo à vie. Sans atteindre la difficulté d’un Dark Souls, vous aurez quelques suées lors des combats, qui se transformeront en montée d’adrénaline quand vous commencerez à jongler entre les différentes armes. Bref, The Wonderful 101 est à mettre entre les mains des joueurs à la recherche de la performance, qui aiment enchaîner les combos avec style dans un univers coloré et fun.

Note finale 76% Wonderful

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *