Cody Latkovski (à gauche) et Mikail Hizal (à droite) durant la Nations Cup Gran Turismo de Salzbourg 2019 Actualités

Gran Turismo: Nations Cup, Hizal gagne enfin!


Mikail Hizal a remporté la Nations Cup Gran Turismo de Salzbourg. Après plusieurs podiums, l’allemand remporte son premier World Tour en 2019.

Mikail Hizal n’a commis aucun faux-pas samedi  dernier (14 septembre) lors de la Nations Cup de Salzbourg, au Hangar 7 de Red Bull. Dominant la compétition de bout en bout, le membre de la Team RedLine s’est imposé devant Takuma Miyazono et Cody Latkovski.

Et pourtant, la concurrence a été rude. Dès la superpole, disputée entre les six pilotes les plus rapides, Mikail Hizal était battu par Takuma Miyazono. Derrière lui, le français Rayan Derrouiche effectuait une superbe tour, pour se classer 3e, devant Cody Latkovski, l’autre français Baptiste Beauvois et Adam Suswillo.

Hizal s’échappe en demi-finale A, Beauvois échoue aux portes de la qualification

Mikail Hizal prenait néanmoins le départ en pole position lors de la demi-finale A, son adversaire japonais étant présent en demi-finale B. Chahuté par Latkovski au départ, l’allemand conservait l’avantage au prix d’un pilotage ingénieux. Profitant d’une piste claire, il s’échappait alors rapidement, laissant Carrazza et Latkovski se battre pour le second rang. 4e et dernier pilote du groupe de tête en softs, Baptiste Beauvois avait du mal à s’échapper.

Et cela allait justement jouer un mauvais tour en seconde partie de course. Obligé de mettre les gommes mediums, le pilote RedLine se faisait dépasser par Jonathan Wong, en softs, lui. Terminant 5e, il filait tout droit au repêchage alors qu’en tête, Mikail Hizal s’imposait avec près de 5 secondes d’avance sur Latkovski, Carrazza et Wong. Ces quatre hommes se qualifiaient directement en finale.

Demi-finale B, Miyazono tout droit en finale

Dans la deuxième demi-finale, c’est donc Takuma Miyazono que l’on retrouvait en pole position. Sur le circuit urbain de Tokyo Expressway, comportant une très longue ligne droite, cette place n’apportait clairement aucun avantage. D’autant que la course se disputait sous la pluie, en Pagani Zonda R. De quoi rendre le pilotage plus que tendu.

Et cela se confirmait dans les premiers tours. Chaque boucle voyait un pilote à l’aspiration passer en tête ou changer de position. Néanmoins, Miyazono était le plus fort. Effectuant un très bon tour 4, il prenait assez d’avance pour résister à l’aspiration et rester en tête. De quoi lui permettre de s’échapper sans concurrence.

Derrouiche rejoint Beauvois en repêchage

C’est donc pour la 2e place que tout se jouait désormais. Une position que le Rayan Derrouiche tenait à l’entrée du tour 6. Mais dès la ligne droite suivante, le français retombait 4e, à la limite de la qualification. S’il tenait cette position à bout de bras, il ratait le freinage du virage 1 à l’entrée du dernier tour. Passé par Lopez, il terminait 5e, prenant également la direction du repêchage. En tête, Miyzaono l’emportait largement devant Andrew Brooks, Adam Suswillo et Coque Lopez, tous les quatre qualifiés en finale.

Sauvetage et finale pour les deux tricolores

Après deux demi-finales compliquées, une dernière chance était offerte aux simracers tricolores, Beauvois et Derrouiche. De nuit sur le circuit terre de Sardaigne-Eoliennes en voiture de rallye, ces derniers partaient en effet de la première ligne. Un avantage indéniable, doubler étant extrêmement compliqué ici.

Et cela se confirmait, la course prend tune tournure très calme. Hormis les erreurs de certains pilotes, les places ne changeaient que très peu. De quoi permettre aux deux tricolores de s’échapper en tête, devant Kin Long Li et Salvatore Maraglino. Direction la finale pour ces quatre hommes repêchés.

Hizal intouchable en finale

Une finale aux couleurs italiennes, disputée sur le rapide circuit de Monza en Red Bull X2019 Competition. Parti depuis la pole position, Mikail Hizal était, comme lors de sa demi-finale, attaqué au départ, par Takuma Miyazono cette fois. L’allemand défendait néanmoins, conservant son leadership et prenant même quelques dixièmes d’avance. Du côté des français, tout ne se passait pas aussi bien qu’au repêchage. Rayan Derrouiche commettait en effet une erreur dans ce premier tour, le concluant en dernière position.

Dans le peloton, plusieurs pilotes s’arrêtaient dès les premiers tours pour se débarrasser de leurs pneus durs. Parmi eux, Rayan Derrouiche, justement. Rapidement passé aux durs puis aux mediums, il remontait dans le top5 après la mi-course.

Un accrochage allait néanmoins le faire redescendre dans le classement, au tour 15. Rattrapé par les pilotes avec des pneus tendres neufs, Derrouiche ne pouvait résister. Beauvois, Maraglino, Carrazza puis Brooks le passaient, le laissant de nouveau dernier.

Du côté de la tête, personne ne pouvait lutter dans le top3. Hizal s’envolait vers sa première victoire en World Tour Gran Turismo depuis la finale européenne de Madrid, l’an passé. Un soulagement pour l’allemand, qui attendait ce succès depuis longtemps:

« Après avoir fini second aussi souvent (…) je voulais réussir quelque chose de plus. Et finalement avec cette victoire, je suis satisfait. Maintenait je vais essayer d’apprécier la fin de saison et garder mon rythme et m’amuser (…) Pour moi c’est aussi important que de l’emporter. »

Déception pour les français

Takuma Miyazono terminait second, devant Cody Nikola Latkovski, sur un nouveau podium après sa victoire en Gran Turismo Manufacturer Series le vendredi. Huitième, le premier français Baptiste Beauvois concluait une Nations Cup difficile avec un joli top10, dans une finale ou doubler était tout sauf chose aisée:

« J’ai voulu (…) faire un tour grand maximum en pneus durs et essayer d’équilibrer le nombre de tours à faire avec les médiums et les softs (…) Ça me paraissait la meilleure des stratégie mais au final non, je me suis retrouvé dans le dirty-air (perturbations aérodynamiques, ndlr) tout le long de la course donc impossible de doubler (…) Je pense qu’à l’avenir je vais beaucoup plus bosser la stratégie. »

De son côté Rayan Derrouiche achevait cette finale en dernière position. Surpris par le dirty-air dans le premier tour, le français allait visiter le bac à graviers à Ascari. Une erreur qu’il regrettait amèrement dans une compétition où la vitesse était présente:

« Je suis beaucoup déçu, j’ai l’impression d’avoir gâché une chance de bien figurer. J’ai montré que j’avais le rythme en superpole et faire autant d’erreurs sur la course je trouve que c’est pas acceptable pour ma part. Il faut que je revienne plus fort la prochaine fois, que je travaille là-dessus et que j’arrête de commettre des erreurs aussi bêtement. »

Heureusement, le français comme tous ces simracers auront encore une occasion de briller en World Tour Gran Turismo cette année, les 26 et 27 octobre à Tokyo. Suivront ensuite les Finales Mondiales de Monaco, les 23 et 24 novembre, pour conclure la saison 2019 des FIA Gran Turismo Championships.

Nations Cup de Salzbourg 2019: Le classement de la finale

  1. Hizal
  2. Miyazono
  3. Latkovski
  4. Suswillo
  5. Lopez
  6. Maraglino
  7. Wong
  8. Beauvois
  9. Carrazza
  10. Li
  11. Brooks
  12. Derrouiche


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *