Test

Test de Gris sur PC : cinquante nuances de mélancolie


Fiche jeu

D’un côté il y a les jeux triple A qui nous balancent des séquences épiques à nous faire saigner les yeux pendant des dizaines d’heures. Et de l’autre côté il y a les titres comme Gris qui proposent une aventure aussi poétique et mélancolique que courte mais aux effets dévastateurs. Je vais donc tenter de vous expliquer à travers ce test pourquoi vous devez absolument jouer à Gris.

Jeune fille triste cherche couleurs

L’histoire de Gris n’est pas explicitement racontée mais se devine en filigrane au fil des tableaux traversés. En résumé elle raconte l’histoire d’une jeune fille, Gris, qui a perdu sa voix et qui tombe dans ce qui semble être une dépression. Afin d’en sortir elle va traverser différentes étapes qui se symboliseront à l’écran par un retour progressif des couleurs.

Lors de son voyage elle croisera le chemin de petites créatures et devra résoudre des énigmes, plutôt simples, basées sur la plateforme. Elle va traverser différents environnements qui vont correspondre à différents stades de sa dépression et débloquer quelques habilités en chemin afin de corser un peu le jeu. Mais rassurez-vous dans l’ensemble le titre reste très accessible du début à la fin.

En premier lieu Gris apprendra à transformer sa cape en cube compact qui lui permet de résister aux vents et casser les structures fragiles. Ensuite elle maîtrisera le double saut ainsi qu’un vol plané de courte durée. Enfin elle recouvrira sa voix qui lui permettra de faire éclore des fleurs afin de se créer de nouvelles plateformes. Rassurez-vous tout ceci n’est pas du spoil et ne vous gâchera en rien l’expérience du jeu. En effet, les atouts de Gris sont tout autres…

Tableau vivant

La première chose qui frappe et qui marque durablement le joueur au lancement de Gris, c’est sa direction artistique. Les décors et l’héroïne sont de vraies aquarelles aux couleurs pastel qui flattent la rétine à plus d’un titre. Le style visuel oscille entre une production Ghibli et le film d’animation Princes et Princesses et le résultat est visuellement ébouriffant. Que ce soit les animations de Gris ou du monde qui l’entoure, tout est fluide et organique. Avec ses jambes ciselées privées de pieds, Gris se promène avec légèreté dans un esprit proche de ce que proposait Journey sur PS3.

On ressent d’autres influences vidéoludiques dans Gris, comme par exemple Machinarium ou encore Botanicula pour les quelques créatures que l’on rencontre. Côté gameplay Gris ne propose que du classique mais il le fait tellement bien que ça passe tout seul et à aucun moment on ne s’ennuie. En même temps cela serait assez difficile puisque le titre se boucle en 3 ou 4 heures selon votre style de jeu. Quelques zones cachées sont disséminées dans le jeu et lèvent le voile sur l’histoire personnelle de Gris (et permettent accessoirement de débloquer quelques succès sur Steam).

L’autre point sur lequel excelle Gris c’est sa bande-son. Composée par le groupe Berlinist, elle sait parfaitement rythmer l’aventure avec ses morceaux instrumentaux qui savent se faire discrets lors des phases d’exploration et plus oppressantes lors des moments tendus. Aucune fausse note de ce côté-là, le titre a su allier parfaitement le fond et la forme pour une aventure unique qui nous tient en haleine du début à la fin.

Les seuls défauts qu’on pourrait lui reprocher sont, tout d’abord, sa courte durée. Mais ce n’en est pas vraiment un puisqu’un titre plus long aurait pu nous lasser. En effet, comme nous l’avons dit les mécaniques de gameplay sont vues et revues et elles ont beau être enrobées dans un beau paquet, au bout d’un moment elles finiraient par lasser. Ensuite, on peut également reprocher au titre quelques petits soucis en termes de visibilité : plusieurs fois j’ai été incapable de distinguer les murs bloquants et ceux que l’on peut traverser, me faisant alors ressembler à une boule de flipper qui va se cogner partout pour essayer de trouver la sortie d’une salle.

Mis à part ça Gris est un titre réussi qui nous fait voyager avec son héroïne sur un ton mélancolique et enchanteur. Chaque pas fait dans ce jeu est une ode au voyage, à la réflexion et, parfois, à l’introspection. Ce serait criminel de passer à côté de Gris, que vous soyez joueurs PC ou Switch. Et il faudrait faire une pétition pour que ce titre serve en art-thérapie tellement sa beauté est un pansement pour l’âme.

Points positifs

  • Visuellement à pleurer
  • Musicalement à pleurer
  • Une expérience vidéoludique proche de l'oeuvre d'art

Points négatifs

  • Trop court ?
  • Quelques soucis de visibilité parfois

Note

Graphismes 100%
Bande-son 100%
Prise en main 82%
Plaisir de jeu 90%
Durée de vie 62%
Conclusion

Gris fut une surprise totale, sorti de nulle part et envahissant nos écrans et nos cœurs en un instant. Le titre de Nomada se place comme une pointure en terme de direction artistique et d’OST. Si le gameplay et les énigmes versent dans le classique, l’enrobage fait qu’on passe outre ce petit défaut pour se focaliser sur Gris et son voyage intérieur. Une véritable claque qui démontre une fois de plus qu’il ne suffit pas de déployer des moyens conséquents pour accoucher d’un chef d’oeuvre. Un titre comme on aimerait en voir plus souvent et qui sont une bouffée d’air frais pour le moral.

Note finale 87% Poétique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *