Ride 2 Test

Test de Ride 2 : le contenu fera-t-il la différence (PS4) ? [Màj]


Fiche jeu

  • Editeur:Bandai Namco
  • Developpeur:Milestone
  • Supports:PC, PS4, Xbox One
  • Genres:Simulation
  • Nombre de joueurs:2 en local + jeu Online
  • Date de sortie:Disponible

Deux mois après notre session de prise en main sur le Stand Milestone de la Gamescom 2016, voici en fin la version définitive de Ride 2, dont nous allons vous proposer un test. Très prometteur sur le papier en raison de son contenu très vaste, le jeu de Motos pourrait capter une très large audience amatrice de deux roues, en raison notamment du souci du détail apporté en matière de représentation graphique des différentes machines proposées. Mais bien au-delà de ce contenu pharaonique, Ride 2 dispose-t-il des ressources techniques pour en mettre plein la vue ? Réponse dans notre test de la version PS4 du soft édité par Bandai Namco.

Ride 2 : attention, orientation arcade !

Ride 2_20161011180333

Ride 2_20161011180333

En premier lieu, une petite mise au point s’impose. En effet, lors de notre séance de prise en main sur la Gamescom de Cologne, nous avions été surpris par l’approche des développeurs en matière de prise en main. Alors que nous nous attendions à de l’arcade pure, nous avions eu l’immense joie de découvrir un titre offrant des sensations proches d’une simulation. Malheureusement, cette version démo nous avait induit en erreur (et, par la même occasion, nos lecteurs…), le jeu final n’ayant, définitivement, rien d’une simulation ! Passée cette petite déception -plus personnelle qu’autre chose- Ride 2 demeure un bon titre sous pas mal d’aspects.

Tout d’abord, impossible de ne pas évoquer le nombre impressionnant de motos disponibles (plus de 230 machines annoncées). Plusieurs catégories (Super Sports, Super Moto, Sport Bikes, Naked, “H2-H2R”, Endurance et Super Bikes) et la plupart des constructeurs (dont Kawasaki, Suzuki, Honda, Aprilia, Ducati, Yamaha, bimota, Triumph, Bmw) sont au programme. Comme vous pourrez le constater dans notre petite vidéo de présentation des différents modèles (ci-dessous), il y en a réellement pour tous les goûts. Et le système de jeu mis en place par Milestone reste efficace dans ce Ride 2 puisqu’il vous faudra rouler et obtenir des résultats pour vous offrir, peu à peu, les motos de vos rêves. Un système de points permet, en effet, de s’acheter de nouvelles motos mais aussi, de booster vos deux roues dans différents domaines tels le moteur (admission, filtre à air, huile spécifique, etc.) la transmission (chaîne, boite de vitesses, etc.), les roues et pneus, freins et suspensions et même, l’apparence (poignées, leviers de freins ou encore, tés de fourche).

Ride 2

Ride 2

La customisation permet aussi de créer votre propre avatar en lui choisissant un style de pilotage, des célébrations mais aussi, un casque, une combinaison, une visière, des gants, des bottines ou encore, un blouson. Là encore, les développeurs on beaucoup travaillé sur les partenariats avec des licences officielles, un pur délice pour les vrais aficionados de deux roues. Ainsi, des marques telles Nolan, Suomy, X-Lite, Arai, AlpineStars, Dainese, ou encore Rev’it! feront partie de la sélection. Par ailleurs des “bonus ride” vous permettront de gagner des atouts dans différentes domaines. Par exemple, vous obtiendrez, de la sorte, remises sur vos achats de certaines marques en particulier, une meilleure place sur la grille, d’avantage de crédits en effectuant certaines performances, etc. Bien sûr, tout cela se paye, une fois encore, ce qui nous ramène à nouveau vers le nerd de la guerre, les crédits qu’il va vous falloir cumuler !

Et clairement, au début, en partant avec une Moto peu puissante, vous allez devoir peaufiner vos trajectoires et vous entraîner, par exemple dans les modes rapides incluant “écran partagé” (deux joueurs en local, la bonne surprise !), course chrono et course rapide. Un bon moyen de jouer sans restrictions, c’est à dire en choisissant votre circuit tout en prenant vos marques, le tout en récupérant les fameux crédits, essentiels à votre progression dans les différents formats de courses proposés dans mode World Tour . Ces derniers sont en effet accessibles à certaines cylindrées (un peu comme le système de permis d’un Gran Turismo). Pour en revenir aux courses rapides, elles présentent aussi l’avantage de vous permettre d’essayer gratuitement d’autres motos (par exemple, avant de vous décider à passer à la caisse). Contre-partie, le fait de gagner une course rapide avec une “moto de prêt” vous interdit de toucher toute forme de crédit…

Ride 2

Ride 2

Après avoir obtenu votre première moto, vous pouvez donc accéder au World Tour, qui englobe plusieurs modes à savoir; Epreuves saisonnières, épreuves sur invitation, championnats (dont du online), équipe vs équipe ou encore, classement mondial. Là encore, le principe est proche de celui d’un Gran Turismo, certaines manches étant accessibles d’entrée tandis que d’autres devront être déverrouillées.  Un contenu assez conséquent, donc, de nature à monopoliser vos heures de loisirs pendant pas mal de semaines, avec cet aspect addictif propre à ce type de soft et l’envie perpétuelle d’acquérir sans cesse de nouvelles motos…

Côté réglages, déception puisque seuls les suspensions (compression, détente, précharge et rigidité des ressorts) et les rapports de boite sont modifiables. L’orientation arcade se confirme. Idem du côté des options de pilotage même si les notions de physique des motos, d’assistance hors piste, de freinage, d’anti-wheel (pour éviter de lever la roue avant lors de brusques accélérations) et de transmission (automatique ou semi) sont réglables selon plusieurs échelons. Car de ce point de vue là, si vous désactivez toutes les aides possibles, vous ne chuterez que rarement sur une erreur de pilotage. Il suffit, en effet, de presser la gâchette sans dosage pour accélérer progressivement (comme si un Traction Control était activé de manière permanente…). Seuls quelques virages à angles droits pourront vous surprendre et vous mettre à terre ainsi que quelques freinages très appuyés. Les chocs entre pilotes ne sont pas non plus gérés au mieux. Notons, enfin, quelques petits bugs graphiques ici et là, mais rien de dramatique.

Ride 2 : contenu gargantuesque et fun à outrance

Ride 2

Ride 2

Néanmoins, pour qui aime les jeux de course à orientation arcade, le plaisir de jeu est bien-là ! Niveau sonorités des moteurs, nous vous invitons à visionner les vidéos postées dans cet article, n’ayant pas la prétention de connaître parfaitement les bruitages des motos du réel. Mais de prime abord, sans être spécialiste, le rendu nous a semblé plutôt bon. Côté immersion, nous avons grandement apprécié le nombre d’angles de caméras possibles pendant une course. Trois vues de derrière, une vue embarquée classique (avec visuel du guidon, voir vidéo ci-dessus), une vue embarquée depuis le casque (ultra immersive !!) et une vue intérieur classique. Clairement, les angles intérieurs ont eu notre préférence au cours de ce test, pour des raisons évidentes de sensations…

Manette en main, pour revenir à nos moutons, le gameplay se veut accessible en vue de délivrer immédiatement sa dose de plaisir, contrat rempli sur ce point, qu’il s’agisse de la maniabilité des motos classiques ou des Super Motard, qui délivrent logiquement des sensations différentes. La variété des tracés et environnements y est également pour quelque chose avec un mix entre les courses sur circuits (Nordschleife, Monza, Donington, Magny Cours, Imola, Road America, etc.) et sur routes. Ces dernières offrent en effet des tracés plus inattendus dans des décors originaux comme la French Riviera, la Sierra Nevada, l’ Ecosse, le Japon, l’ Indonésie, l’Italie ou la Norvège. On retrouve aussi des épreuves en ville (Macau, Milan, Miami) et des formats de courses en ligne dans la pure tradition des manches de dragster. Variété, encore et toujours…

Ride

Ride

Mais si le plaisir de jeu pad en main est bel et bien-là, qu’en est-il de nos mirettes ? Alors dans le domaine, les choses se gâtent clairement…Si l’on se focalise uniquement sur les bécanes, rien à redire, les modélisations sont somptueuses et les belles fourmillent de détails en tous genres, le vice étant poussé jusqu’à faire apparaître les marques apposées sur les différents éléments mécaniques (comme les freins) ou de carrosserie. Les puristes pourront, ainsi, se régaler, en zoomant sur les parties de leurs choix dans la galerie. Côté rendu de piste, nous restons dans le correct avec, parfois, quelques jolis reflets à signaler ainsi que de réalistes effets de gouttes (par temps de pluie) sur la visière du casque.

Par contre, au niveau des environnements…c’est du Milestone ! A savoir qu’on mise tout sur les véhicules en négligeant les décors, comme cela était déjà le cas, par exemple, dans Valentino Rossi the Game. Sauf que nous nous devons de préciser quelque peu les choses en la matière. Car le très médiocre (le circuit de Macau, une horreur visuelle monumentale…) côtoie le “pas si laid”, notamment sur les tracés routiers. En fait, en jouant à Ride 2, vous aurez la désagréable impression que certains circuits ont totalement été bâclés alors que d’autres, sans raison objective, s’en sortent beaucoup mieux. Notre théorie, le manque de temps avec cette obligation de sortie le soft avant les fêtes de fin d’année et surtout, avant Moto Racer 4…Donc, vous l’aurez compris, vous ne prendrez aucun panard à admirer les paysages de Ride 2, puisque nous touchons-là le principal point noir du soft.

Macau, probablement le circuit le plus laid dans Ride 2...

Macau, probablement le circuit le plus laid dans Ride 2…

En dehors de ce -gros- accroc (et des temps de chargements, parfois vraiment longs…), il faut bien avouer que Ride 2 tient toutes ses promesses, notamment au niveau du challenge. Vous verrez, les premières heures de jeu seront même douloureuses lorsque vous serez contraints et forcés d’affronter des concurrents disposant de motos développant 10, 20, voire 30 chevaux de plus que la vôtre ! Le choix de booster votre bécane actuelle ou d’économiser pour vous en offrir une plus efficace se posera alors, régulièrement…sachant que l’acquisition d’une nouvelle machine ne pourra se faire qu’après une série de victoires ou de bons résultats. Un bon dosage, selon nous, qui va dans le sens de l’intérêt de cet excellent mode carrière.

Points positifs

  • Les détails graphiques sur les motos
  • La sélection de motos
  • Les nombreux modes de jeux et championnats
  • Belle sélection de circuits
  • Fun, fun, fun !
  • Assez addictif
  • Les licences/marques officielles

Points négatifs

  • Les fans de simulation vont détester
  • Des graphismes très laids dans certains cas
  • Temps de chargements assez longs
  • Musiques d'ambiance assez quelconques
  • Quelques bugs visuels...

Notes

Graphismes 57%
Bande-son 69%
Prise en main 85%
Plaisir de jeu 92%
Durée de vie 90%
Conclusion

Finalement, après notre déception de ne pas nous trouver en présence d’un soft à mi-chemin entre arcade et simulation, nous avons adoré cette période de test sur Ride 2. Milestone oblige, les environnements sont assez laids, seul véritable bémol du soft, avec les temps de chargements encore trop longs et quelques bugs graphiques et de collisions. Car pour le reste, les développeurs ont diablement bien bossé, notamment au niveau du contenu à la fois riche et qualitatif (circuits, motos, équipements des motards, éléments de customisation et modes de jeux).

Avec sa prise en main rapide et assez intuitive, Ride 2 offre très vite la dose de fun que nous attendions, le tout agrémenté d’un degré de challenge vraiment appréciable et d’une durée de vie plus que satisfaisante. Sachant que foule de DLC sont prévus dont certains, gratuits… Pour conclure, si vous êtes un aficionados de deux roues et que vous appréciez le gameplay orienté à 90% vers l’arcade, il n’y a absolument aucune hésitation à avoir…

Note finale 79% FUN à outrance !

10 commentaires sur Test de Ride 2 : le contenu fera-t-il la différence (PS4) ? [Màj]

  1. Mat33

    Motard confirmé, je suis comblé par ce jeu, quel pied de retrouver tous ces modèles de bécanes, que j’ai eu dans mon garage pour certaines, juste eu l’occasion de tester pour d’autres, sans parler de toutes celles qui m’ont fait baver dans motomag!
    Il est vrai que les décors ne sont pas toujours somptueux, mais à vrai dire, une fois parti, la seule chose qui attire le regard, c’est le point de corde !
    Un jeu addictif pour tout fan de deux roues, et idéal pour ceux qui ont envi de s’y connaitre dans les différents modèles et leur histoire.
    Petit rectificatif sur le test, ne pas confondre le nombre de chevaux du moteur, et les PP: points performances .
    Pour une bécane 20 chevaux d’écarts c’est déjà énorme , 300 ou 400 ce n’est pas possible 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.