Test

Test de Life is Strange 2 Episode 1 Roads sur PS4 : Buenos Diaz


Fiche jeu

Enfin ! Nous avons pu mettre la main sur l’épisode 1 de la tant attendue saison 2 de Life is Strange. Le petit bijou narratif de Dontnod nous a livré ses secrets sur PS4. Exit Max, Chloé et Arcadia Bay (ou pas ?) et bonjour Seattle, Sean et Daniel Diaz. Introduit cet été par Les Extraordinaires Aventures de Captain Spirit, cet épisode baptisé Roads pose les bases d’une nouvelle narration basée sur la fraternité et le passage de l’âge adolescent à l’âge adulte. Faisons le point.

Les frères loups

Rappelons très vite ce qu’est Life is Strange. Il s’agit d’une aventure narrative où le joueur est amené à faire des choix, importants ou non, qui influeront sur la suite de son histoire. En plus de ça le joueur (en tout cas dans la saison 1) dispose d’un pouvoir qu’il peut utiliser à loisir. Dans la première saison Maxine avait le pouvoir de remonter le temps pour changer ses décisions et tenter de sauver des vies. Enfin une principalement. Dans cette saison ce n’est pas le joueur que nous contrôlons qui a un pouvoir mais son frère, ce qui fait que nous n’avons pas de contrôle direct sur celui-ci. Mais je m’égare, commençons par le commencement.

Life is Strange 2 raconte l’histoire de deux frères : Sean Diaz, 16 ans et Daniel Diaz 9 ans. Le premier est lycéen à Seattle et le second vit sa petite vie insouciante, tout juste sorti de l’enfance. Ils vivent avec leur père mécano dans un petit pavillon de banlieue et la vie est plus tôt agréable. Tout le monde se chamaille gentiment, ça se vanne par SMS, Sean vit ses premières amours : bref une situation initiale classique. Survient l’élément perturbateur que nous n’allons pas révéler ici (même s’il a déjà fuité lors des vidéos de gameplay avant la sortie du jeu) qui va pousser les deux frangins à prendre la route pour éviter la police.

Commence alors un périple entre Seattle et le Mexique dans une Amérique marquée par la future élection de Trump. Sean et Daniel espère trouver refuge sur les terres natales de leur père et vont donc tout faire pour y arriver. Exit donc le confort et le décor unique d’Arcadia Bay de la première saison. Et bienvenue dans un road trip fraternel marqué par les rencontres, les rebondissements et un racisme latent et omniprésent.

Plus que des choix

La formule de DONTNOD est donc réutilisée et au fil de l’aventure Sean (car c’est lui que nous dirigeons) devra faire des choix moraux pour guider leur trajet. Plus que des choix il s’agit de devenir une véritable boussole morale pour le petit Daniel qui prendra exemple sur vous en l’absence de figure paternelle. Ainsi Sean doit rapidement passer de l’ado insouciant et fêtard à l’adulte responsable et cette transition ne se fait pas sans mal. En effet le jeune homme, tout comme son frère, souffre de la tragédie dont ils viennent d’être victimes mais il ne peut pas le montrer à son frère pour ne pas l’inquiéter davantage.

Avec cet état d’esprit il va donc falloir réfléchir aux conséquences de vos choix dans Life is Strange 2 car ceux-ci auront non seulement un impact sur votre histoire mais aussi sur le comportement de Daniel. Allez-vous continuer à jouer à l’ado rebelle qui se moque des convenances ou allez-vous tenter de faire bonne figure ? Les deux sont possibles et vous amèneront vers les mêmes embranchements scénaristiques (pour l’instant) mais c’est l’attitude des enfants qui changera. A vous de choisir si vous voulez donner le bon ou le mauvais exemple. Encore une fois il n’y a pas de bons ou de mauvais choix : il n’y a que les vôtres. Il est possible par exemple de faire une mauvaise action pour de bonnes raisons, mais ça c’est à vous de voir.

Un jeu plus adulte

Life is Strange 2 adopte un ton plus mature que son prédécesseur et ça se sent durant cet épisode. On s’attache très vite aux frères Diaz et à leur destin tragique, et c’est tant mieux. Puisqu’on va passer cinq épisodes en leur compagnie il était primordial d’instaurer un peu d’empathie. Pour ça c’est réussi, tout autant qu’avec Maxine dans la saison 1. D’ailleurs Sean partage quelques qualités avec cette dernière, notamment un attrait pour l’art. Si Maxine était une photographe hors pair, Sean lui préfère le dessin. Il lui sera possible de se poser dans l’aventure le temps de croquer ce qu’il a sous les yeux. Cela occasionne un passage de gameplay inédit quoiqu’un peu trop simpliste où il suffit de gigoter le stick analogique gauche dans tous les sens pour faire apparaître un dessin.

Ce n’est pas la seule nouvelle mécanique intéressante introduite dans le jeu. On ne sait pas si ça sera conservé dans les autres épisodes mais il faut gérer ses économies pour subvenir à ses besoins. Avec quelques dollars en poche nos amis se doivent d’en économiser un maximum et il faut savoir choisir judicieusement ce que vous allez acheter dans les magasins que vous croiser. Contentez-vous du strict nécessaire mais n’oubliez pas de faire plaisir à Daniel de temps en temps. Allez-vous tenter de voler ce qui coûte trop cher pour vous ? Attention à ne pas donner le mauvais exemple ! Ou pas… Bref, cette gestion du portefeuille apporte du sang neuf à Life is Strange avec ce petit stress de savoir si on aura assez pour la prochaine fois, ou pas.

Autre nouveauté c’est la gestion de l’inventaire : ici on peut y accéder librement puisqu’il s’agit du sac à dos de Sean. Vous pouvez y voir chaque objet amassé et il est même possible de le customiser avec des patchs et des porte-clefs. Même si les objets qui sont dedans ne vous serviront pas à la résolution des énigmes comme dans tout point’n’click qui se respecte, ça vous donnera un bon aperçu du matériel en votre possession.

Une ambiance sonore au top

S’il y a un point où le jeu est toujours génial c’est sur la bande-son. Vos pérégrinations seront rythmées par des titres pop folk tantôt mélancoliques, tantôt dynamiques ou simplement des instrumentaux pour coller à l’ambiance. Et à chaque fois ça vise juste, le morceau joué a été parfaitement choisi pour la situation dans laquelle on l’entend, et on ne peut que l’apprécier.

Pour le doublage anglais, rien à dire non plus. Les acteurs sont convaincants et donnent vie avec talent à leurs personnages. Nos héros font honneur à leurs origines hispaniques en plaçant quelques expressions espagnoles dans leurs phrases. On appréciera toujours la myriade de références à la pop culture avec des allusions à Minecraft, The Last of Us ou encore Le Seigneur des Anneaux. Le titre sait parler à ses joueurs et chaque clin d’œil fera raisonner le cœur de tous les gamers.

Enfin, visuellement le titre a subi quelques améliorations visuelles depuis la première saison, notamment sur les panoramas. Il conserve son style particulier et sa palette de couleurs automnales propres à la mélancolie ambiante du jeu. On se plaît à se promener dans un environnement sauvage où la nature est reine et où le danger rôde. De quoi renforcer l’immersion et se prendre pour un grand frère aimant. Après l’essai réussi de ce premier épisode, attendons la suite des événements pour voir si cette bonne impression se confirme.

Points positifs

  • L'univers de Life is Strange comme on l'a laissé
  • La musique
  • Les influences sur Daniel

Points négatifs

  • Peut-être un peu mou comme début
  • Pas de réel contrôle du pouvoir

Note

Graphismes 80%
Bande-son 95%
Prise en main 82%
Plaisir de jeu 90%
Durée de vie 75%
Conclusion

Life is Strange est de retour et ça fait PLAISIR. Cet épisode intitulé Roads pose les bases d’une nouvelle aventure en compagnie des frères Diaz. Si Max et Chloé restent gravées à jamais dans nos cœur, on sent que les Diaz ont le potentiel pour les rejoindre d’ici peu. On se prend d’affection de l’un comme de l’autre notamment quand on se rend compte que nos décisions impactent le comportement de Daniel.

L’ambiance mélancolique folk est toujours là avec tout le côté tragique qui l’accompagne. Nos deux héros americano-mexicains se déplacent de Seattle à Porto Lobos au Mexique sur fond d’une Amérique qui bascule du côté Trumpien de la Force. Le thème du passage à l’âge adulte est parfaitement maîtrisé et même si ce n’est que l’épisode 1 on ne peut s’empêcher de réprimer un sanglot lors des passages les plus chargés émotionnellement parlant.

Bref cet épisode 1 est une franche réussite qui nous prouve qu’on a bien fait d’attendre cette saison 2. On espère maintenant des clins d’œil plus appuyés à la saison 1 (un caméo de Max ?) et aussi et surtout la connexion avec Captain Spirit, le prologue gratuit sorti cet été. Mais on nous l’a promis : ça va arriver. Wait and see…

Note finale 84% Enfin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *