Test Mario + Lapins Crétins Kingdom Battle Switch Test

Test de Mario + The Lapins Crétins Kingdom Battle, le mariage parfait ?


Fiche jeu

  • Editeur:Ubisoft
  • Developpeur:Ubisoft
  • Supports:Switch
  • Genres:stratégie
  • Nombre de joueurs:1 à 2
  • Date de sortie:29 août 2017

Si le jeu avait fuité bien avant son annonce, Ubisoft a tout de même frappé fort en dévoilant, à l’E3, Mario + The Lapins Crétins Kingdom Battle. De l’émotion, des larmes, des rires et des « bwaah », on se souviendra longtemps de la conférence d’Ubi à l’E3 2017 rien que pour ce jeu et cette séquence. Ubisoft réalise là un double pari osé : mélanger deux licences populaires assez différentes, au final, et proposer un crossover atypique basé sur un gameplay orienté « stratégie au tour par tour », pas le genre le plus populaire. Alors, qu’en est-il vraiment de ce Mario + The Lapins Crétins Kingdom Battle ? La réponse avec notre test.

Mario + The Lapins Crétins Kingdom Battle, un mariage pour le meilleur et pour le pire.

Dans Mario + The Lapins Crétins Kingdom Battle (M+LCKB), le prétexte du crossover est basé sur une référence au jeu The Lapins Crétins : Retour vers le passé. En effet, dans le jeu de 2010 les lapins fabriquaient une machine à voyager/démonter le temps sur la base d’une machine à laver. Dans M+LCKB, une jeune fille est fan d’inventions technologiques et de jeux vidéo. Son casque de réalité virtuelle permet de combiner des éléments et de résoudre de nombreux soucis. Son prottype n’est pas au point et a de nombreux soucis de surchauffe. Mais, voilà que les Lapins Crétins débarquent dans son laboratoire avec leur machine à voyager dans le temps et l’espace. Manque de chance, un lapin s’empare du casque et c’est le début de la catastrophe. Les voici plongés dans le monde de Mario tout en ayant un impact néfaste sur lui. Ainsi, le Royaume Champignon est tout bouleversé. Mario et Luigi doivent faire équipe avec des Lapins pour permettre à leur univers de redevenir comme avant et de lutter contre les « méchants ». De plus, un robot intelligent, Beep-0, les accompagne pour les aider dans cette quête et récupérer le casque de sa créatrice.

Voici donc le point de départ de ce Mario + The Lapins Crétins Kingdom Battle. Rien de bien transcendant d’un point de vue scénaristique, mais le prétexte idéal à ce crossover inattendu. Néanmoins, son scénario minime n’est pas proportionnel à la durée de vie du jeu. Avec 4 mondes à explorer, et de nombreux combats, la durée de vie du titre d’Ubisoft est très bonne. Une quinzaine d’heures (plus ou moins suivant votre niveau lors des combats et si vous explorez ou non les mondes) pour boucler le jeu. Et, facilement, plus du double si vous voulez finir le jeu à 100%. En dehors de la trame principale, le titre propose des objets à collecter et des défis à relever. De quoi doubler la durée de vie.

On ajoutera le fait que le jeu propose un mode coopération. Une bonne idée malheureusement sous-exploitée. En effet, ce mode coopération se limite à des défis annexes. Il est impossible de faire le jeu à deux, alors qu’il y a 3 personnages à chaque combat. Une vraie déception, surtout que la Switch permet de jouer à deux avec une seule paire de Joycon. A corriger si Ubisoft sort une suite un jour. Surtout que partager à deux l’humour des lapins crétins ainsi que le sarcasme et la condescendance de Beep-0, c’est encore mieux !

La coopération est bel et bien là, mais juste pour des défis !

S’il fallait classer ce Mario + The Lapins Crétins Kingdom Battle ce serait plutôt dans la catégorie Stratégie en tour par tour. En effet, c’est le gros du gameplay et c’est ce qui caractérise le plus le jeu d’Ubisoft. Il y a de l’exploration et l’évolution des personnages se fait un peu comme dans un RPG, via des points d’expérience. Et, les développeurs nous offrent un gameplay de haute volée. Si les jeux de stratégie ne sont pas les plus populaires et forcément des plus accessibles, M+LCKB offre une jouabilité simple, bien pensée et facile à prendre en mains. Dans le même temps, la stratégie est vraiment présente et les combats ne sont pas des plus faciles. Ainsi, si le monde 1 ne devrait pas poser de problèmes à ceux ayant déjà joué à des jeux de stratégie, à partir du monde 2 ça va se corser. Vos adversaires obtenant les mêmes pouvoirs et avantages que vous. Il faudra donc user de stratégie et bien connaître ses unités et celles de l’adversaire pour gagner. Un mode facile est activable à tout moment et permettra à tous les types de joueurs d’avancer dans le jeu.

XCOM : Rabbits Enemy.

Le titre d’Ubisoft est assez proche des XCOM. Le reboot de la série de jeux de stratégie au tour par tour, sorti en 2012, a un gameplay de grande qualité. Ainsi, les développeurs de M+LCKB s’en sont inspirés. Si le jeu exclusif à la Switch est plus restrictif (vous ne pouvez pas tirer au delà d’un certain nombre de case par exemple), il est surtout plus accessible, plus fun et plus amusant ! Le fait de pouvoir, soi-même, développer ses unités via un arbre de compétences et un marché d’armes, est un excellent point. Un bon moyen pour nous pousser à explorer afin de collecter pièces et orbes. Ainsi, Mario, Luigi, Yoshi, Peach et leurs versions Lapins crétins doivent absolument être améliorés par vos soins pour devenir plus performants. A l’inverse d’un XCOM, vos soldats n’évoluent pas en fonction de leurs actions sur le terrain. C’est à vous d’acheter et de débloquer les différentes améliorations.

Ubisoft a eu de très bonnes idées pour rendre les combats plus dynamiques, plus amusants et plus atypiques. Les différentes armes et pouvoirs offrent une certaine diversité très intéressante. De plus, il n’y a pas de classes qui limitent les possibilités. Si, chaque personnage a ses propres armes, il n’est pas question de limiter les compétences et de trop favoriser tel ou tel personnage sur tel ou tel plan. Une bonne chose. Le fait de pouvoir utiliser ses alliés pour se propulser et gagner en distance de déplacement est une excellente idée. On regrettera juste que les personnages « morts » (enfin assommés, on reste dans un Mario) ne peuvent plus être utilisés. C’est à la fois logique et frustrant. Les nombreuses capacités spéciales (vampirisation par exemple) sont tout aussi amusantes que bien utiles. Ubisoft rend une copie quasi parfaite. La caméra est parfois énervante (surtout en exploration) et il est facile de faire une erreur de manipulation dans les différentes actions menées par les touches des Joycon.

Mario + The Lapins Crétins Kingdom Battle propose également des puzzles, mais ces derniers sont – en grande partie – très simples à réaliser. Mais, c’est une bonne idée afin d’éviter une certaine monotonie. Car, il faut bien l’avouer, le jeu est assez redondant/répétitif. C’est le plus gros défaut du titre. On avance d’un point A à un point B, dans un monde linéaire (et pourtant le trajet est balisé/signalisé). L’avancée est entrecoupée de combats basés sur le même schéma. D’ailleurs, il y a trois types de combats :
un nombre d’ennemis à tuer pour gagner
une zone à atteindre pour remporter le combat
les combats contre les mini-boss et les boss de niveaux.

Au final, Mario + The Lapins Crétins Kingdom Battle demeure, malheureusement, relativement répétitif. Le titre finit même par tourner en rond et les surprises s’envolent après la fin du deuxième monde. Dommage.

Voyage crétin au Royaume du Champignon.

Ubisoft propose également une superbe réalisation graphique pour son Mario + The Lapins Crétins Kingdom Battle. Pourtant, là aussi, il fallait marier deux univers différents et deux mondes différents. Mais, une fois de plus, le pari est réussi ! Ce Mario et les Lapins Crétins est l’un des plus beaux jeux disponibles sur Switch. Coloré, détaillé, diversifié et respectueux des différents univers. Tout est là pour chatoyer la rétine. Un rendu visuel séduisant. En plus, Ubisoft a pensé à saupoudrer les niveaux de différentes «scénettes ». Pas mal d’animations, de petites choses qui rendent l’univers vivant et amusant. C’est là que l’esprit Lapins Crétins est le plus développé. Nos amis à longues oreilles peuplent le Royaume Champignon et l’animent. On peut trouver une lampe lapin crétin, des lapins jouant au foot, un lapin géant, etc etc… Un grand nombre de petites animations délicieuses.

Les niveaux, de leur côté, font référence à l’univers Mario tout comme le monde que l’on a à explorer. Bref, les fans de l’ex-plombier retrouveront tout ce qui fait un bon Mario. Les pièces sont, bien entendu, au rendez-vous, avec leur sonorité typique. Les tuyaux sont très importants dans Mario + The Lapins Crétins Kingdom Battle tout comme dans les différents jeux Mario. Ils permettent de découvrir des zones inédites (comme dans les jeux de Nintendo) ou de se créer des raccourcis lors des combats.

Que ce soit visuellement ou au niveau des petites cut-scènes, le mariage entre les deux licences est parfait. L’aspect irrévérencieux et pipi-caca des Lapins Crétins est présent mais pas autant que dans leurs dernières aventures (que ce soit à la télé ou en jeux vidéo). Le monde coloré et diversifié de Mario est bel et bien présent. Les personnages de la série sont presque tous au casting du titre d’Ubisoft, un très bon point.

En plus de l’univers Mario, Ubisoft s’est offert un autre grand nom du jeu vidéo pour son jeu. Ainsi, c’est Grant Kirkhope (Conker: Live and Reloaded, GoldenEye 007, Donkey Kong Country, …) qui a composé les musiques de Mario + The Lapins Crétins Kingdom Battle. Une prestation sonore de qualité très bien amenée dans la balade proposée par le jeu. Les musiques des phases de combats sont un peu au dessus de celles proposées lors de l’exploration. D’ailleurs, ces dernières peuvent finir par énerver à la longue si l’on est pas fan du style musical. En somme, ça manque un poil de variété. Les bruitages et doublages sont également de très bonne qualité. Pas de vrais dialogues ici. Mais les bwaah sont bien au rendez-vous. Beep-0, le guide de l’aventure, possède son propre langage robotique. Bref, une fois de plus la palette est diversifiée et colle parfaitement à l’univers.

Enfin, d’un point de vue technique, Ubisoft livre, là-aussi, une copie quasi-parfaite. Le jeu est très fluide, les temps de chargements ne sont pas très importants et l’IA est de qualité tout en étant « dosée ». Quelques légers bugs peuvent pointe le bout de leur nez, mais rien de choquant. Encore une bonne note pour le soft !

Achetez ce jeu chez notre partenaire, GameCash St Brieuc.

Points positifs

  • Le mariage très réussi des deux univers différents
  • La durée de vie
  • Le gameplay très bien pensé
  • Amusant et prenant
  • Exploration et stratégie

Points négatifs

  • Assez répétitif/redondant
  • Coopération gadget

Note

Graphismes 85%
Bande Son 85%
Prise en main 90%
Plaisir de jeu 90%
Durée de vie 90%
Technique 90%
Conclusion

Au final, ce Mario + The Lapins Crétins Kingdom Battle est une excellente surprise. On pouvait craindre de ce mariage surprenant, mais ce dernier se révèle d’une grande qualité. Ubisoft nous offre là le meilleur jeu Switch avec Zelda : Breath of the Wild ! Un jeu coloré, fun, amusant, addictif et bien pensé. Une version crétine de X-Com de grande qualité. Un gameplay très bien pensé et facile à prendre en mains, pour tous. Une bande son de qualité et en adéquation avec le monde de Mario. Une œuvre qui respecte et associe avec brio les mondes, pourtant très différents, de Mario et des Lapins Crétins. Bref, Ubisoft nous offre une pure réussite vidéoludique. Un défi osé mais réalisé de mains de maître ! Un killer-ap pour la Nintendo Switch et un titre d’excellente qualité. A ne pas louper !

Note finale 88%

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *