Daemon-x-machina Test

Daemon X Machina : loin d’un chef-d’œuvre [Test]


Développé et édité par Marvelous, Daemon X Machina est une exclusivité Switch qui a secoué la communauté fan des mecha japonais. Annoncé lors de l’E3 en 2018, Marvelous nous a présenté un trailer explosif de Daemon X Machina, avec des scènes d’actions calibrées, explosives et colorées où des robots s’affrontent dans des batailles sans merci. Malheureusement, lors de la mise en ligne des premières démos sur Nintendo Switch, le gameplay n’a pas fait l’unanimité… Suite à cela le studio Marvelous décide de prendre en compte ces premiers retours afin de proposer une version finale du jeu qui… n’est malheureusement pas à la hauteur…

Daemon X Machina : Le plaisir de créer

Daemon X Machina

C’était presque une réussite ! Sur les premières minutes du jeu, on découvre une direction artistique nippone qui nous plonge dans l’univers des robots made in japan. On se laisse envahir par la beauté du jeu, des scènes et du son. Lors de la création du personnage, Marvelous n’y est pas allé de main morte sur la personnalisation de son avatar. Choix du regard pour chaque œil, cicatrice, coupe de cheveux symétrique ou non, pilosité faciale etc. Si vous êtes amateur de personnalisation, cette étape du jeu vous prendra facilement plus d’une heure pour créer votre pilote parfait. Cette phase est très importante, car vous serez amenez plusieurs fois à accomplir des missions hors de votre machine.

En parlant de mecha, il est évidement possible de personnaliser celui-ci de la tête au pied. De plus lors des missions, il est possible de récupérer des pièces spécifiques qui modifient les statistiques de votre machine. Armes à feu et épées seront là pour équiper votre machine, en fonction de votre style de jeu (corps à corps ou à distance ou un mélange des deux). Ces éléments sont disponibles en achat classique, via l’usine (similaire à un forgeron dans un rpg), ou encore via le recyclage des ennemies neutralisés.

Daemon X Machina

Au fil de l’histoire, il est même possible d’obtenir des sets complets avec un style précis pour embellir votre machine. Fan de constructions de mecha ? Vous êtes servis !

Un scénario moyen…

Même si Daemon X Machina est visuellement léché, l’équipe de Marvelous à merveilleusement échoué sur la confection du scénario du jeu. Suite à la destruction d’une partie de la lune, d’énormes morceaux de celles-ci chutent sur terre, libérant une source d’énergie appelée Femto. Cette énergie a retourné l’ensemble des intelligences artificielles contre les humains. Pour lutter contre cette épidémie, il faudra piloter votre mecha, afin de neutraliser toute menace robotique appelé les Immortals.

Daemon X Machina

La base de l’histoire est intéressante, mais Marvelous n’a pas réussi à donner du charme à l’histoire pour s’y intéresser plus. Impossible de s’attacher à son personnage au niveau du caractère, car celui-ci ne sort aucune phrase. Il n’y a pas de background détaillé pour les personnages que l’on rencontre au cours du jeu… Ce qui est fort dommage… De plus, certains (long) dialogues qui sont censés aider au développement de l’histoire sont au final inutiles… Comme certains commentaires pendant les combats…

En fait toute l’énergie du jeu a était mis dans la direction artistique et le gameplay.

Un gameplay explosif, voire trop…

Quel plaisir de voir que pour chaque attaque on a droit à des effets visuels somptueux. La prise en main de Daemon X Machina est accessible ! Cependant, lors de grosses batailles, il est parfois possible de perdre sa cible. En effet, les effets pyrotechniques hyper colorés et chargés de petites particules graphiques ont tendance à perturber la concentration du joueur. Il est parfois possible d’être plus spectateur que joueur, alors qu’on est en pleine bataille.

C’est fort dommage, qu’il n’y ai pas de juste milieu… À la rédaction, on a carrément dû alléger l’interface (HUD) dans les options du jeu pour garder le focus.

Un controller personnalisé pour Daemon X Machina

Daemon X Machina

Au-delà de ces florilèges d’effets visuels, Marvelous propose en complément du jeu, des Joy-Cons pensés pour le jeu. Il faut l’avouer les Joy-cons originaux de la Nintendo Switch sont parfois un peu petite pour les grandes mains, surtout pour les jeux énergiques. Pour pallier ça, Marvelous propose de gros Joy-Cons orienté arcade pour améliorer l’expérience du joueur.

Plus agréable, cette paire propose également des boutons supplémentaires pour activer des actions avec son mechas. De plus, il est même possible d’utiliser cette paire pour d’autres jeux Switch. Un véritable régal si vous aimez les jeux de combat comme Dragon Ball FighterZ par exemple.

Petit bémol cependant, il n’est pas possible de les détacher pour jouer sur la TV.

Un jeu pour les fans de mechas japonais, mais c’est tout

Si vous êtes à la recherche d’un chef-d’œuvre, passez votre chemin. Daemon X Machina est une véritable coquille vide sur le plan scénaristique. Même si sur la partie sonore respecte à merveille les jeux d’action japonais à base de mechas, le scénario n’est pas assez développé pour tenir en haleine les joueurs.

Cependant si vous êtes fans des combats épiques, de la personnalisation de mechas et des effets visuels racés, vous pouvez y aller les yeux fermés. C’est le jeu qu’il vous faut !

 

Points positifs

  • C'est beau! Une belle direction artistique!
  • La personnalisation de son avatar et de son mecha
  • De l'action à la sauce nippone
  • Une bande originale énergique

Points négatifs

  • Une histoire creuse
  • Des combats parfois brouillons
  • Répétitif
  • Des décors immense parfois vide

Note

Graphismes
Scénario
Bande-Son
Prise en main
Plaisir de jeu
Durée de vie
Conclusion

Malgré la prise en compte des retours joueurs, Daemon X Machina n’a malheureusement pas pu réajuster le tir sur le scénario qui avait pourtant un potentiel de développement intéressant. C’est fort dommage, car l’équipe qui a travaillé sur cette exclusivité Switch est juste exceptionnelle ! Shoji Kawamori pour le design des robots (Macross), Yusuke Kozaki pour le chara design (Fire Emblem) et Kenichiro Tsukuda en temps que producteur (Armored Core)…

Si vous êtes un fan de personnalisation de mecha ou d’avatar, vous serez servi. La panoplie proposée est assez large et se développe correctement au fil de votre progression. Par contre, sachez que ça sera votre unique source de motivation pour terminer ce jeu. Il ne faudra pas s’attendre à des rebondissements…

Si un Daemon X Machina doit voir le jour, les développeurs auront du pain sur la planche pour donner de l’attachement aux personnages et surtout ils devront trouver une belle pirouette pour rendre le scénario intéressant.

Note finale 3.7 Peu mieux faire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *